Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

28/07/2014

Le garde républicain...

Le garde républicain, droit dans ses bottes…

Toute une histoire se cache derrière les bottes des gardes républicains…

Quel fidèle lecteur omnilogiste n'a pas vu lors des cérémonies officielles ou pour les défilés du 14 juillet ces célèbres cavaliers escortant les autorités, à cheval comme à moto ?

Si les diverses couleurs des tenues frappent l'œil, il en est de même de ces bottes si particulières, que nous allons ici étudier de plus près.

 

 

Dotant les effectifs des 1er et 2ème régiment d'Infanterie, basés dans plus d'une quinzaine de « quartiers » (au sens militaire du terme) à Paris et Nanterre, dotés d'escadrons motocyclistes, d'une fanfare à cheval, de Compagnies de Sécurité et d'Honneur, ainsi que divers service « annexes » mais néanmoins essentiels (État-Major, maréchal ferrant, etc.), ceux-ci sont en effet chaussés de hautes bottes noires, avec un éperon en sus pour les cavaliers.

En cherchant bien, nous trouverons aussi les pieds de certains policiers eux aussi dotés de ces bottes, notamment parmi les pelotons de motards.

 

Les gendarmes les appellent « les limoges », puisque c'est là bas que sont fabriquées ces bottes françaises, par le célèbre bottier au nom pourtant bien peu français de J.M.Weston, qui a remporté l'appel d'offre depuis 1975.

L'impétrant, après avoir renseigné sa fiche de mesure comportant tout de même 8 données, recevra quelques mois plus tard deux paires taillées sur mesure dont il lui faudra bien prendre soin…
Il lui faudra en effet attendre 5 ans pour avoir droit à une nouvelle paire.

Ce sont les cavaliers qui usent le plus leurs bottes, alors même qu'ils ne marchent pas beaucoup, puisque la monture le fait pour eux. Mais justement, pour cela, elle transpire, et en outre le frottement du cuir « qui respire » contre le cuir « qui vit » provoque une usure prononcée.

Et durant tout sa durée de vie, la botte doit briller. Elle est cirée avec zèle (mais pas vernie : c'est interdit), y compris semelle, fer avant, lisse et coutures. Et gare à celui qui n'y veille pas de près car il se le verra vertement rappeler par sa hiérarchie !

La botte elle-même est taillée dans un cuir de veau pleine fleur de qualité tanné au Moulin Follet de St Léonard de Noblat, dans un bain d'écorces de châtaignier et de québracho, un bois d'Amérique latine très solide et surtout très riche en tanins durant un an, le rendant imputrescible et imperméable.

Le cuir est ensuite découpé selon le gabarit obtenu avec les mensurations du bénéficiaire, cambré manuellement sur une forme en bois, la semelle est ensuite cousu selon le procédé dit Goodyear.

L'entretien de la botte sera ensuite à la charge du Garde Républicain, y compris pour d'éventuelles grosses réparations qu'il fera faire chez le fabricant ou chez tout (très) bon artisan de son choix.

Et le tout pour un prix somme toute raisonnable, puisqu'il est possible d'acquérir une paire neuve quasi semblable à celle de nos gendarmes et policiers pour 1 430 €.

Bon, j'espère que vous n'en n'avez pas plein les bottes après la lecture de cet article…

 

merci particulier à Damien, qui m'a autorisé à publier son article

http://omnilogie.fr/O/Le_garde_républicain,_droit_dans_ses_bottes...

Commentaires

Excellent article, merci de l’avoir partagé !

Écrit par : Jacques Bottes | 28/07/2014

Répondre à ce commentaire

Article intéressant mais il conviendrait d'apporter un rectificatif sur la possibilité d'acquérir ces bottes. Si vous souhaitez en acquérir une paire ne vous adressez surtout pas aux magasins Weston ! En effet sans vous le préciser ils vous fourniront des bottes sur mesures faites par un maître bottier parisien comme Malfroid ou Paulin mais pas les bottes demi-mesures qui sont fabriquées sur les chaines de l'usine de Limoges pour les gardes républicains et, jusqu'à ces dernières années pour les motards de la gendarmerie nationale.
Ces bottes seront certes d'excellente qualité mais ce ne seront pas des Weston et à l'intérieur vous verrez la marque du bottier qui les a réalisées mais certainement pas la marque Weston.
En fait, il faut savoir que généralement les mesures et la commande étaient jusqu'à présent effectuées par les maître-bottiers militaires des grandes villes de garnison qui sont en liaison avec l'usine de Limoges.
Depuis le changement d'uniforme des motards de la gendarmerie je ne sais pas qui fournit les bottes qu'ils portent uniquement avec leur uniforme de parade. En revanche ce dont je suis sûr c'est que ce ne sont plus de Weston mais plutôt des "écrase merde" (excusez du terme mais ça ne mérite pas mieux) de médiocre qualité et informes plutôt que des bottes dignes d'un uniforme de parade !
Merci à Mme Alliot-Marie, ancien ministre de la défense qui a pris ces décisions :(((

Écrit par : bootsservice | 30/07/2014

Répondre à ce commentaire

À qui faut-il s’adresser si on ne peut pas les commander par l’intermédiaire d’un magasin Weston?

Malfroid existe-t-il donc toujours? Je croyais qu’il avait fermé?

Écrit par : Jacques Bottes | 30/07/2014

Cela fait des années en effet que le père Malfroid est décédé et la boutique fermée mais la marque a survécu. Un de ses fils peut-être ? Je ne saurais dire...
Quant aux bottes des gardes républicains en demi-mesures, la seule voie que je connaissais pour s'en procurer jusqu'à ces dernières années, était de s'adresser aux maitre-bottiers militaires qui ne refusaient généralement pas de servir d'intermédiaire avec l'usine Weston de Limoges, même pour des civils, en prenant une commission au passage naturellement.
Ceci dit je ne sais pas si les dernières évolutions des relations entre le ministère de la défense et la maison Weston n'ont pas tari cette unique piste. En tout cas, dans la mesure où Weston n'a plus de débouché pour les motards de la gendarmerie, il est très vraisemblable que la chaîne de fabrication des bottes de moto a été arrêtée mais ça reste à vérifier...

Écrit par : bootsservice | 30/07/2014

Merci de toutes ces précisions !

Écrit par : Jacques Bottes | 31/07/2014

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire