Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

15/04/2011

Albert Cossery - Mendiants et orgueilleux

On m'a offert ce livre pour mon anniversaire - Un cadeau particulier ...

Dans les rues du Caire, Gohar, ex-philosophe devenu mendiant, sillonne avec nonchalance les ruelles de la ville et croise des figures pittoresques et exemplaires. Dans ce petit peuple où un manchot, cul-de-jatte, subit les crises de jalousie de sa compagne, on rencontre aussi Yéghen, vendeur de hachisch, laid et heureux, et Set Amina, la mère maquerelle. Il y aussi Nour El Dine, un policier homosexuel, autoritaire mais très vite saisi par le doute à mesure que progresse son enquête. Un meurtre a eu lieu, celui d'une jeune prostituée...
 
Albert Cossery est né au Caire en 1913. Son premier ouvrage, Les Hommes oubliés de Dieu, est traduit en 1940 en trois langues, entre autres aux Etats-Unis grâce à Henri Miller. En 1945, il s'établit à Paris dans un hôtel et se lie d'amitié avec Albert Camus, lawrence Durell et rencontre Louis Guilloux et Jean Genet.
 Il est l'auteur d'une oeuvre qui comprend sept romans et un recueil de nouvelles. En 1990, lors de la réédition de Mendiants et orgueilleux, il a obtenu le grand prix de la Francophonie pour l'ensemble de ses ouvrages.

07:00 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : mendiants et orgueilleux, albert cossery | | |  Facebook | | |

01/04/2011

Les enquêtes de l'inspecteur Beck (3)

  Fin octobre 2010, j'avais fait un article sur mes lectures. C'est le titre qui m'avait donné envie de lire ce roman : La voiture de pompiers disparue - Le roman d'un crime  de Maj Sjöwall et Per Wahlöö. En fait, le tome 5 des 10 volumes de la collection "Le roman d'un crime". J'ai lu ce roman, et j'ai vraiment apprécié, tant l'histoire que la façon comment c'est raconté. Cela m'a donné envie de lire la série, en commençant depuis le début. Depuis j'ai lu les 7 premiers tomes, et j'ai commandé les tome 8, 9 et 10.

Jusqu'à présent, les auteurs s'attachaient aux personnages, peu à peu on entrait dans leur "vie", tout est lié, enquêtes et protagonistes - dans ces 2 nouveaux tomes, les auteurs font une critique de la société, c'est plus flagrant.  Si vous aimez les romans policiers : je vous recommande de lire cette série.

A la suite : les tomes 6 et 7  : bonne lecture.

  

Maj Sjöwall et Per wahlöö, ont écrit, entre 1965 et 1975, une série de dix romans mettant en scène l'enquêteur Martin Beck et son équipe. Cette œuvre, influencée par Ed Mcbain, et qui a marqué de son empreinte la littérature policière occidentale, est republiée dans des traductions entièrement revues à partir de l'original suédois.

    

Maj Sjöwall , Per Wahlöö

  • Meurtre au Savoy  
   Viktor Palmgren, puissant industriel à l'immense fortune, est abattu dans le luxueux restaurant de l'hôtel Savoy, à Malmö, devant ses principaux collaborateurs. Le tueur parvient à prendre la fuite. La personnalité de Palmgren, ses nombreux ennemis, la nature douteuse de certaines de ses activités font craindre un meurtre politique, alors que dans son ombre, les proches de la victime avaient eux aussi des raisons de vouloir s'en débarrasser. Après une période de cafouillage typique de l'impéritie policière, Martin Beck est envoyé dans le sud de la Suède aider Per Mânsson à mettre le nez dans les affaires de l'empire Palmgren. Critique acide de la désagrégation sociale provoquée par l'affairisme et l'avidité, meurtre au Savoy est un modèle de police procédural doté d'une conscience sociale aiguë.
  •  L'abominable homme de Säffle

Le reporter suédois Alf Matsson a disparu en Hongrie. Le magazine qui l'emploie a bien l'intention d'exploiter le scoop, mais le ministère des affaires étrangères, qui ne veut pas d'histoires avec le bloc de l'est, ne l'entend pas de cette oreille. Pour le retrouver sans faire de vagues, Martin Beck est envoyé d'urgence en Hongrie. Malgré toute sa ténacité, son enquête bute très vite sur des obstacles infranchissables, chacune de ses avancées rendant le mystère de plus en plus épais...

 

 

source des résumés : http://www.amazon.fr/

archives du blog : http://monjournaldebord.midiblogs.com/tag/les%20enqu%C3%AAtes%20de%20l%27inspecteur%20beck

pour aller plus loin :

 

25/03/2011

Claude Ragon - Du bois pour les cercueils

 Un  livre que j'ai lu récemment - Je vous laisse vous faire votre idée, pour ma part je n'ai pas été déçu.

Du bois pour les cercueils - Prix Quai des Orfèvres 2011

Auteur : Claude Ragon

Le commissaire Gradenne prend froid dans l’hiver du Jura. A la manière de Maigret, enquête « grippée », gendarmes trop « pressés » comme ce corps broyé par la machine…
Quelle idée aussi de confier à des officiers de marine à la retraite le renflouement d’une usine, dans ce « port de mer » sous la neige, au milieu des forêts !
Vous reprendrez bien de cette Morteau, mijotée dans la potée de la veille, accompagnée d’un Poulsard… ? Avec un Comté de plus de dix-huit mois, on vous recommande ce jeune lieutenant de 30 ans d’âge sans beaucoup d’affinage à la PJ, mais avec du… nez, avisé et goûteux !

 

Ingénieur dans l'industrie de transformation du bois, Claude Ragon connaît à coeur le massif jurassien, ses habitants et leur caractère âpre. Cet univers minéral, végétal et humain inspire une écriture également rude et attachante.

 

http://www.amazon.fr

11/03/2011

L'exil des anges - Gilles Legardinier

Une visite à Cultura, la couverture du livre qui m'attire l'oeil, "prix SNCF du polar français", je lis l'histoire au dos, et j'ai acheté : je vous le conseille!

Tout à fait différent de ce que lis d'habitude, c'est captivant !

 L'exil des anges

Auteur : Gilles Legardinier

Ils ne se connaissent pas, mais un même rêve leur a donné rendez-vous dans une mystérieuse chapelle des Highlands en Ecosse. Valeria Peter et Stefan ignorent qu'ils sont la preuve vivante d'une découverte révolutionnaire sur les arcanes de la mémoire faite vingt ans plus tôt par deux scientifiques disparus. Une découverte que beaucoup voudraient s'approprier - à n'importe quel prix. Pour échapper à ceux qui les traquent, ils n'ont pas d'autre choix que de remonter à l'origine du secret dont ils sont les ultimes gardiens. Leurs souvenirs sont des sanctuaires. A eux d'en trouver les clés...

 

Dès l'âge de quinze ans, Gilles Legardinier décroche des stages et travaille sur les plateaux de cinéma anglo-saxons où il deviendra pyrotechnicien. Il réalise ensuite des films publicitaires, des bandes-annonces et des documentaires sur les coulisses de grands films. Il se consacre aujourd'hui à la communication écrite pour le cinéma et aux scénarios. Parallèlement, il a publié de nombreuses adaptations à succès mais surtout quelques oeuvres très remarquées en littérature jeunesse dont "Le Sceau des Maîtres" et Le Dernier Géant" en 2002. Son dernier roman, "L'Exil des Anges", paru chez Fleuve Noir en 2009, a reçu le prix SNCF du polar français et le prix des Lycéens et Apprentis de Bourgogne.

04/03/2011

Jean-Christophe Tixier - Dernière station

Le dernier livre que j'ai lu.

Dernière station  

Auteur : Jean-Christope Tixier

Prix VSD du polar 2010

Paris. Printemps chaotique. Une jeune femme est retrouvée assassinée à son domicile. Nue, vidée de son sang, un mystérieux signe incisé au scalpel sur l'abdomen. Le commandant János Lefort est chargé de l'enquête. Ce qu'il croyait être une chance pour lui donner la matière pour écrire son roman, va rapidement se transformer en un tourbillon terrible qui aura raison de toutes ses certitudes. Pris dans l'enchainement des découvertes macabres, hanté par son passé, il va tenter de trouver un début de logique à cette affaire dans laquelle il s'enlise. Pour l'aider, il voudrait pouvoir compter sur un flic révoqué de la police, surnommé l'Ours. A condition que János parvienne à le dompter.

Jean-Christophe Tixier. 43 ans, un pied dans l'enseignement, l'autre dans le monde du livre, il vit dans le sud-ouest. Dernière Station est son premier polar.

25/02/2011

Hervé Jourdain - Psychose au 36

J'ai terminé ce roman le week end dernier. Un vrai coup de coeur, je l'ai dévoré! L'histoire est prenante, les personnages attachants! On retrouve  l'équipe de la brigade criminelle : le Commandant Duhamel, la jeune Nora Belhali, Chadeau et Leprêtre. Une enquête qui tient en haleine. J'avais lu le premier roman (Sang d'encre au 36), tout se suit, je ne vais rien dévoiler pour vous laisser le plaisir et la surprise de lire ce roman que je vous conseille!

Vous qui me lisez, j'étais à Paris les 4, 5 et 6 février derniers. L'action se passe dans des lieux où je suis allé (passé), donc c'est avec encore plus de plaisir que j'ai lu ce roman, vous vous en doutez! Je pense notamment au quartier des Célestins, où est domicilié le 1er escadron de cavalerie de la Garde Républicaine.


Psychose au 36 est  disponible en librairie et grandes enseignes (FNAC, Virgin, etc.).

jourdain_2

jourdain_3

15/02/2011

Hervé Jourdain - Psychose au 36

amis lecteurs,

Après un an et demi de patience, je vous annonce une nouvelle aventure du commandant Duhamel et de la jeune Nora Belhali.

Psychose au 36 est désormais disponible en librairie et grandes enseignes (FNAC, Virgin, etc.).

jourdain_2

jourdain_3

 

Vous pouvez également retrouver Sang d'encre au 36 en livre de poche chez Pocket.

 

Couv Pocket

 

A bientôt.
Hervé JOURDAIN

* * * * * *

l'article que j'avais fait sur Sang d'encre au 36 :

http://monjournaldebord.midiblogs.com/archive/2010/05/18/...

J'ai reçu hier dans ma boite aux lettres Psychose au 36, je vous donnerai mes impressions dans un article une fois fini!

28/01/2011

Les enquêtes de l'inspecteur Beck (2)

 Fin octobre 2010, j'avais fait un article sur mes lectures. C'est le titre qui m'avait donné envie de lire ce roman : La voiture de pompiers disparue - Le roman d'un crime  de Maj Sjöwall et Per Wahlöö. En fait, le tome 5 des 10 volumes de la collection "Le roman d'un crime". J'ai lu ce roman, et j'ai vraiment apprécié, tant l'histoire que la façon comment c'est raconté. Cela m'a donné envie de lire la série, en commençant depuis le début. Depuis j'ai lu les 4 premiers tomes.

Les auteurs s'attachent aux personnages, peu à peu on entre dans leur "vie", tout est lié, enquêtes et protagonistes - Si vous aimez les romans policiers : je vous recommande de lire cette série.

A la suite : les tomes 4 et 5 : bonne lecture.

 
 

Présentation de l'éditeur :

Maj Sjöwall et Per wahlöö, ont écrit, entre 1965 et 1975, une série de dix romans mettant en scène l'enquêteur Martin Beck et son équipe. Cette œuvre, influencée par Ed Mcbain, et qui a marqué de son empreinte la littérature policière occidentale, est republiée dans des traductions entièrement revues à partir de l'original suédois.

    

Maj Sjöwall , Per Wahlöö

  •    Le policier qui rit
Par une pluvieuse soirée de novembre, tous les passagers d'un autobus sont massacrés au fusil mitrailleur. Jamais la Suède n'avait connu pareille tuerie, et l'opinion publique s'affole. Parmi les neuf victimes, un flic que Beck connaissait. Que faisait-il dans ce bus, à cette heure ? D'après sa compagne, il était surchargé de travail, mais Beck sait bien, lui, qu'il était pratiquement en congé... L'identification des victimes, puis l'étude minutieuse de leur passé, apportent peu à peu des indices. Et comme souvent, derrière la façade lisse des apparences, ce sont des réalités sordides qui émergent. Adapté au cinéma par Stuart Rosenberg en 1973 sous le titre : The laughing policeman (Le flic ricanant).  
  •  La voiture de pompiers disparue

Gunvald Larsson est en train de surveiller un immeuble déshérité lorsque le bâtiment explose. Il se porte aussitôt au secours des résidents. A première vue, l'incendie paraît accidentel : il suffit d'un malheureux concours de circonstances, une substance inflammable, de l'essence. D'ailleurs l'un des habitants se serait suicidé au gaz, transformant son appartement en véritable bombe. Affaire classée. Sauf que Larsson ne l'entend pas de cette oreille ; le feu était trop violent, il s'est propagé trop vite. C'est alors, qu'une révélation stupéfiante va rendre l'affaire totalement incompréhensible.

 

 

source des résumés :

http://www.amazon.fr/

21/01/2011

Prix du Quai des Orfèvres 2

J'ai lu dernièrement ces 2 romans.

Crève l'écran : ne m'a pas passionné, j'ai trouvé qu'il y avait des longueurs (sans doute le sujet choisi, les lieux et le contexte). C'est plus Cannes et les coulisses du festival qui sont mis en avant, que les protagonistes (à mon avis). Cependant, je l'ai lu jusqu'à la fin, c'est tellement insolite! Mais pas vraiment passionnant.

Le bandit n'était pas manchot : j'ai beaucoup aimé, par contre. Je l'ai lu d'une traite. Les protagonistes sont attachants, "humains". Les meurtres sont "sanglants" (à ne pas mettre entre toutes les mains - pour les personnes sensibles). Le policier a une moto (ce qui ne pouvait que me plaire, sourire). Un roman que je vous recommande.  

  • Crève l'écran -  Prix du Quai des Orfèvres 2002

auteur : André Klopmann

Au coeur de la rédaction grouillante d'une prestigieuse chaîne de télévision, les techniciens tombent comme des mouches. Pas d'armes, pas de produits chimiques ou biologiques, une ventilation qui fonctionne normalement. Alors quoi ? A Cannes, pendant ce temps, au Festival international du Film, on tue de manière conventionnelle. Oui, mais pourquoi ? Qui gâche la fête ? Les enquêteurs qui démêlent l'écheveau nous emmènent dans les coulisses du festival - ses soirées déjantées, ses stars que l'on reconnaît entre les lignes, ses drames cachés - et aux tréfonds d'une entreprise que les luttes de pouvoir et le choc des ego déstabilisent tranquillement. Glaçant ! L'usine à rêves s'emballe, les boutons semblent bloqués à la case "cauchemar".

André Klopmann a fréquenté les festivals cinématographiques. C'est visible par la foule de détails réalistes dont il a nourri son intrigue pour promener le lecteur de façon ironique dans les coulisses de Cannes ou d'une importante chaîne de télévision. Son roman, couronné par le prix du Quai des orfèvres, est un bon divertissement dans lequel l'arme du crime restait jusqu'alors inédite. --Claude Mesplède

  • Le bandit n'était pas manchot -  Prix du Quai des Orfèvres 2003

auteur : Jérôme Jarrige 

Rien ne va plus à Juan-les-Pins. Des femmes seules sont sauvagement assassinées selon un rituel particulièrement sanglant. Sans élément pour établir un lien entre les victimes, tout laisse croire que les meurtres sont l'œuvre d'une seule et même personne. La police dispose de très peu d'indices : pas d'effraction, pas d'empreinte, seule une trace d'ADN laissée sur les lieux du crime. Les médias se déchaînent, la juge s'impatiente et le boss met la pression sur le Commissaire Dupin. Ses hommes n'ont que 48 heures pour boucler l'affaire. La population a peur ; qui sera la prochaine victime ? Et surtout, qui détient la clé de l'énigme ? Quand l'enquête piétine, il faut faire preuve d'imagination. Faites vos jeux...
 
Jérôme Jarrige, qui vit à Juan-les-Pins, fait évoluer son héros dans des lieux qu'il connaît bien et qu'il aime. Il nous présente un commissaire humain, attachant et particulièrement efficace.
 
 

08:50 Publié dans Coup de coeur/Coup de griffe, Livres | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : prix du quai des orfèvres | | |  Facebook | | |

07/01/2011

Les enquêtes de l'inspecteur Beck (1)

  Fin octobre 2010, j'avais fait un article sur mes lectures. C'est le titre qui m'avait donné envie de lire ce roman : La voiture de pompiers disparue - Le roman d'un crime  de Maj Sjöwall et Per Wahlöö. En fait, le tome 5 des 10 volumes de la collection "Le roman d'un crime". J'ai lu ce roman, et j'ai vraiment apprécié, tant l'histoire que la façon comment c'est raconté. Cela m'a donné envie de lire la série, en commençant depuis le début. Depuis j'ai lu les 3 premiers tomes, et j'ai commandé le tome 4.

A la suite : les tomes 1, 2 et 3 : bonne lecture.

 
 

Présentation de l'éditeur :

Maj Sjöwall et Per wahlöö, ont écrit, entre 1965 et 1975, une série de dix romans mettant en scène l'enquêteur Martin Beck et son équipe. Cette œuvre, influencée par Ed Mcbain, et qui a marqué de son empreinte la littérature policière occidentale, est republiée dans des traductions entièrement revues à partir de l'original suédois.

     

 

  • Roseanna  

Maj Sjöwall , Per Wahlöö

   

Dans la benne d'un dragueur de canaux, on retrouve le cadavre d'une jeune femme. L'inspecteur Martin Beck et son équipe débarquent de Stockholm pour aider la police locale. L'inconnue est identifiée : il s'agit de Roseanna McGraw, une jeune Américaine de 27 ans. Son assassin, un maniaque sexuel, court toujours. Fasciné par sa victime, Beck explore avec patience toutes les pistes possibles, obsédé par une quête qui va s'étaler sur plusieurs mois.

Roseanna inaugure un cycle de dix ouvrages consacrés aux enquêtes de l'inspecteur Beck. Rassemblés sous l'appellation Le Roman d'un crime, ces livres décrivent sans concession le prétendu "paradis socialiste" suédois des années soixante/soixante-dix. L'intérêt de cette première enquête, menée de façon très lente, tient à son réalisme et à la personnalité de Beck, policier de terrain consciencieux, efficace et souvent aidé par le hasard. --Claude Mesplède --

  •  L'homme qui partit en fumée 
Le reporter suédois Alf Matsson a disparu en Hongrie. Le magazine qui l'emploie a bien l'intention d'exploiter le scoop, mais le ministère des affaires étrangères, qui ne veut pas d'histoires avec le bloc de l'est, ne l'entend pas de cette oreille. Pour le retrouver sans faire de vagues, Martin Beck est envoyé d'urgence en Hongrie. Malgré toute sa ténacité, son enquête bute très vite sur des obstacles infranchissables, chacune de ses avancées rendant le mystère de plus en plus épais...

  • L'homme au balcon

Stockholm, écrasé de chaleur, s'engourdit dans un long été monotone. Un homme d'apparence ordinaire fume, seul, sur son balcon, observant la rue. Sa voisine appelle la police, mais quel mal y a-t-il à fumer sur son balcon ? Dans une Suède conformiste et prospère qui se regarde volontiers en paradis terrestre, Martin Beck traque un violeur meurtrier de petites filles, alors que son couple commence à se désagréger sous l'effet de la routine, du désabusement et de son hyperactivité au travail. L'enquête, faut d'indices, se révèle très difficile, d'autant que les réactions de la population deviennent vite inquiétantes

source des résumés :

http://www.amazon.fr/


pour aller plus loin :