Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

30/10/2013

Faits divers Allemagne


   ALLEMAGNE : La police lance un appel à témoins pour trouver la personne qui a oublié plusieurs kilos d’or en lingots et une importante somme d’argent dans une consigne de la gare de Cologne.

      Aucun lien avec un quelconque délit n’a pu être établi entre les lingots et la somme d’argent à six chiffres trouvés , en avril 2013, explique la police.

      Elle ne précise pas cependant la quantité exacte d’or ni sa valeur marchande. Si la recherche du propriétaire devait s’avérer infructueuse, les lingots seraient vendus aux enchères.

07:00 Publié dans Humour | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : allemagne, deutschland, humour, faits divers | | |  Facebook | | |

09/10/2013

Bien rentré Munich octobre 2013

bien rentré hier soir de Munich,

journées chargées, nous avions un programme de visites d'amis et famille de mon ami,

dans l'ensemble beau temps

Oktoberfest : ça vaut vraiment le coup!!!!

13:59 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : munich, münchen, allemagne, deutschland, journal de bord, nouvelles, mon journal de bord | | |  Facebook | | |

01/04/2013

3 minutes de Berlin

3 minutes of... Berlin

 

Je vous souhaite une très bonne semaine!

28/03/2013

Visite guidée de Berlin

je commence une série d'articles sur Berlin

 Worldwide City Guide Berlin

  Berlin est la capitale de l'Allemagne moderne, une métropole européenne fascinante avec une histoire dramatique dans laquelle l'architecture contemporaine se confond avec le caractère imposant de la ville vieille de plusieurs siècles. Le quartier Nokolai a été construit par le gouvernement de la RDA comme une sorte de vieille ville, un Disneyland européen pour le 750ème anniversaire de la ville , un quartier populaire avec des «nouveaux» bâtiments médiévaux qui affichent différents corps de métiers et des statues de pierre qui entourent l'église la plus ancienne de la ville . Nous voyageons à proximité Potsdam, ville de châteaux et de jardins et avec une vieille ville qui dispose d'une ambiance de marché animée. Lorsque la monarchie s'y est installée, son armée a fait de même, et avec eux vinrent artisans, commerçants et artistes de nombreux pays. Le château - comme Nauener Gate mène à la colonie russe de Alexandrowka puis au Belvédère sur le Pfingst-Berg. De retour à Berlin, nous embarquons pour un voyage à la gare de l'Est sur ​​le Panorama du S-Bahn dont les voitures sont équipées de grandes fenêtres panoramiques et des vues merveilleuses transforment l'aventure en un merveilleux voyage. Une ville nouvelle a émergé de son passé historique, Berlin, une jeune métropole du troisième millénaire qui est de plus en plus le centre de l'Europe. Cette métropole avec un cœur vaut toujours une visite!

 

Berlin is Germany's modern capital city, a fascinating European metropolis with a dramatic history in which contemporary architecture merges with the imposing character of a centuries-old city. The Nokolai Quarter was built by the DDR government as a sort of old town, a European Disneyland for the city's seven hundred and fiftieth anniversary, a popular area with 'new' mediaeval buildings that display various guilds and stone statues that surround the city's oldest church. We travel to nearby Potsdam, a city of castles and gardens and with an old town that features a lively market atmosphere. When the monarchy settled there so did their armies and with them came craftsmen, merchants and artists from many countries.  The castle-like Nauener Gate leads to the Russian colony of Alexandrowka and then to Belvedere on the Pfingst-Berg. Returning to Berlin we embark on a trip at the Eastern Train Station on the Panorama S-Bahn whose carriages are equipped with large panoramic windows and marvellous views turn the journey into a wonderful adventure.   A new city has emerged from its historic past, Berlin, a young metropolis of the third millennium that is increasingly becoming the centre of Europe.  This metropolis with a heart is always worth a visit!

 
 

16/05/2012

Munich

 Munich (München en allemand) est, la troisième ville d'Allemagne par la population après Berlin et Hambourg. Munich est la capitale du Land de Bavière et du district de Haute-Bavière. Située entre 482 et 579 mètres d'altitude, la ville est traversée par l'Isar sur une distance de 13,7 km, du sud-ouest au nord-est. Important pôle économique, siège de grandes sociétés dont EADS Deutschland, Siemens, Allianz, BMW, HypoVereinsbank et Münchener Rückversicherung.

La ville est célèbre pour sa traditionnelle fête de la bière (Oktoberfest) en fin septembre début octobre.

 

Capitale de la Bavière

À partir de la fin du XVIIIe siècle, Munich grandit rapidement. Lorsque la ville devient la capitale du nouveau royaume de Bavière créé sous l'égide de Napoléon Bonaparte en 1806, cette croissance s'accélère. En effet, alors qu'elle n'est peuplée en 1700 que de 24 000 habitants, Munich voit ensuite sa population doubler tous les trente ans : entre 1870 et 1933, la population passe de 170 000 à 840 000 habitants.

Sous le règne du roi Louis Ier de Bavière (1825-1848), Munich devient également un centre artistique réputé. La plupart des bâtiments de la ville datent du XIXe siècle, en particulier du règne de Maximilien II : les architectes classiques Leo von Klenze et Friedrich von Gärtner ont construit la Ludwigstraße, la Königsplatz, le Ruhmeshalle et la Résidence.

Sous le prince régent Luitpold (1886-1912), Munich connaît un important développement culturel et artistique avec, notamment, la construction de la Prinzregentenstraße et du Prinzregententheater. Schwabing devient, au tournant du siècle, le quartier des artistes, accueillant un grand nombre d'écrivains et de peintres célèbres. En 1896, le journal culturel munichois Jugend (Jeunesse) paraît pour la première fois.

 

Après la première guerre mondiale

Après la Première Guerre mondiale, Munich traverse une période révolutionnaire tourmentée, qui commence par la chute de la monarchie le 7 novembre 1918. Le ministre-président social-démocrate Kurt Eisner est assassiné le 21 février 1919 et, le 7 avril, les conseils révolutionnaires de la ville proclament la république des Conseils de Bavière (Bayerische Räterepublik) qui est finalement écrasée dans le sang le 2 mai 1919. Dans les années suivantes, Munich voit naître le nazisme et devient le chef-lieu du mouvement d'Adolf Hitler. En novembre 1923, Adolf Hitler et ses compagnons tentent un coup d'État (le putsch de la brasserie) mais ils échouent et le Führer est emprisonné.

Arrivés au pouvoir, les nazis construisent plusieurs édifices entre 1933 et 1945. Le 20 mars 1933, le premier camp de concentration permanent d'Allemagne est ouvert par Himmler à Dachau dans la banlieue de Munich. En 1938, les accords de Munich sont signés entre Hitler, Mussolini, Chamberlain et Daladier. Ils donnent les Sudètes au dirigeant nazi. En 1939, Johann Georg Elser essaye en vain d'assassiner Hitler avec une bombe.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, un groupe d'étudiants munichois fonde La Rose blanche (Die Weiße Rose), l'un des plus célèbres mouvement de la résistance allemande au nazisme. Comme la plupart des grandes villes allemandes, Munich subit d'importantes destructions dues aux bombardements massifs des Alliés, mais elle est reconstruite pendant l'occupation américaine et devient la plus importante zone économique de l'Allemagne du sud.

Après la reconstruction, Munich se développe comme place dédiée aux nouvelles technologies, à l'instar du groupe MBB. En outre, un grand nombre d'entreprises de services s'y installe, telles que des entreprises de médias, d'assurances et de services bancaires. Les musées (par exemple l’Alte Pinakothek', la Neue Pinakothek et la Pinakothek der Moderne, la Glyptothèque, le Deutsches Museum) connaissent également un regain d'intérêt.

En 1972, Munich accueille les Jeux olympiques d'été à l'occasion desquels la ville inaugure sa première ligne de métro. Le 5 septembre 1972, l'organisation palestinienne Septembre noir tue deux Israéliens et en prend neuf autres en otage. Tous les otages sont tués, ainsi que cinq des huit terroristes et un policier. Les jeux sont interrompus pendant une journée et certains athlètes décident de quitter la compétition.

Avec le XXIe siècle, de nouveaux quartiers émergent, au centre comme à la périphérie, qui mêlent immeubles d'habitation et bureaux, commerces et institutions culturelles.

 

 

 

La Marienplatz

Vue de la Marienplatz et de la colonne de Marie (Mariensäule), avec les dômes de la cathédrale (Frauenkirche) et la Nouvelle Mairie (Neuen Rathaus)

La Marienplatz (place de Marie) est une place du centre de Munich fondée en 1158.

 

On y trouve l'Hôtel de ville avec sa tour néogothique et son carillon qui sonne et bouge (des personnages animés représentant un mariage et des soldats) à midi et à 17h.

 

L'église de la Marienplatz se trouve à côté du nouvel hôtel de ville. Elle est de style néo-gothique.

 

Dans les marchés du Moyen Âge, des tournois ont eu lieu sur cette place de la ville. Marienplatz a été nommé ainsi d'après une colonne mariale érigée en son centre en 1638 pour célébrer la fin de l'occupation suédoise.

 

Aujourd'hui, la Marienplatz est dominée par le nouvel hôtel de ville (Neues Rathaus) sur le côté nord. La tour de la nouvelle mairie a été inspirée par ces tournois, et attire des millions de touristes par an. Le Nouvel Hôtel de Ville fut construit entre 1867 et 1909, de style gothique.

 

Sa façade, de plus de 300 pieds de longueur possède des caractéristiques étonnamment élaborées en pierre. Sa tour de 260 pieds avec son carillon est, avec l'église voisine et les deux tours de la cathédrale, l'une des silhouettes les plus distinctives de la ville.

 

La zone piétonne entre la place Karlsplatz et la Marienplatz est un quartier très animé avec ses nombreux magasins et restaurants.

 

La colonne de Marie, la Mariensäule est une colonne mariale située au centre de la Marienplatz. Elle a été érigée en 1638, à la demande du prince-électeur Maximilien de Bavière, pour célébrer la fin de l'occupation suédoise pendant la guerre de Trente Ans et est surmontée d'une statue dorée de la Vierge Marie sur un croissant de lune. La Mariensäule de Munich a été la première colonne de ce type construit au nord des Alpes et a inspiré l'érection d'autres colonnes Mariale dans cette partie de l'Europe.

 

Les quatre Puttos représentés au pied de la colonne luttent contre une bête différente, symbolisant les adversités surmontées de la ville: la guerre représentée par le lion, la peste par le basilic, la faim ou la famine par le dragon et l'hérésie par le serpent.

source : wikipedia 

26/04/2012

Siegessäule

La Siegessäule (« colonne de la victoire ») est une colonne d'apparat monumentale qui s'élève au centre du Großer Tiergarten, à Berlin, en Allemagne. C'est le point central du cœur de la ville, le nouvel arrondissement de Berlin-Mitte.

Située sur un rond-point appelé Großer Stern (la « grande étoile »), au croisement de quatre grandes avenues, elle se trouve à mi-parcours de l'une d'entre elle, la Straße des 17. Juni.

Siegessäule 01

Historique

La Siegessäule commémore les campagnes prussiennes de 1864, 1866, et 1870 (contre le Danemark, l'Autriche et la France).

À l'origine, la colonne se trouvait sur la place de la République (anciennement Königsplatz), face au palais du Reichstag. Elle a été transférée en 1938 à son emplacement actuel.

Sa construction commença en 1864 afin de célébrer la victoire sur le Danemark, après la guerre des Duchés.

L'histoire du monument renvoie donc à une allégorie d'une Prusse triomphante. Des militaires parcouraient au pas de l'oie la Straße des 17. Juni depuis la porte de Brandebourg lors de défilés. Deux plus tard, les Prussiens étaient de nouveau victorieux à l'issue de la guerre contre les Autrichiens.

Au moment de son achèvement, en 1873, la Prusse avait vaincu la France, après la guerre de 1870. La Siegessäule symbolisa donc aussi l'avènement du nouvel Empire allemand.

Le déplacement sur son site actuel par les nazis (en 1939) la sauva probablement des destructions de la fin de la guerre, puisque la zone entourant son emplacement d'origine fut réduite à un tas de gravats.

Siegessäule 02

Description

La hauteur totale actuelle de la colonne est de 66,89 mètres ; elle a été surélevée de 7,5 mètres en 1939, lorsque les nazis l'ont déplacée à son emplacement actuel. Seul un escalier de 285 marches, placé dans le fût de la colonne, permet d'atteindre son sommet. On y trouve une statue dorée de 8,30 mètres de hauteur et de 35 tonnes, œuvre de Friedrich Drake, qui représente la déesse grecque de la victoire, Victoria.

La rotonde est ornée d'une mosaïque d'Anton von Werner, réalisée par l'atelier vénitien Salviati, retraçant l'histoire de l'unité allemande.

Le socle carré, décoré de bas-reliefs d'Albert Wolff, relate les guerres connues en Allemagne sous le terme de « guerres d'unification »  (guerre des Duchés de 1864, guerre austro-prussienne de 1866 et guerre franco-prussienne de 1870-1871).

photos tous droits réservés ©

source texte : wikipedia

23/04/2012

Porte de Brandebourg

La porte de Brandebourg (Brandenburger Tor en allemand) se situe à l'entrée ouest de l'ancien Berlin et est un symbole de la ville, mais fut pendant presque trois décennies le symbole de la division de la ville : le monument faisait partie intégrante du mur de Berlin. Elle fut érigée par Carl Gotthard Langhans  pour le roi de Prusse Frédéric-Guillaume II. Elle fut construite de 1788 à 1791 dans le style néoclassique, en s'inspirant du Propylée de l'Acropole d'Athènes.

 

Porte de Brandebourg 05

La porte termine l'avenue Unter den Linden et remplace une porte précédente qui y avait été construite en 1734. Elle fait 26 mètres de haut, 65,5 mètres de large et a une profondeur de 11 mètres. Elle comprend cinq passages et deux maisonnettes. Jusqu'à ce que le Kaiser fût déposé, celui-ci était le seul à pouvoir passer avec son véhicule sous le passage central.

Porte de Brandebourg 04

En 1793, elle est couronnée du quadrige de Johann Gottfried Schadow  figurant la déesse de la Victoire sur un char tiré par quatre chevaux. Cette statue a été réalisée en cuivre. En 1806, elle est emportée par Napoléon qui veut l'installer à Paris. Après la chute du Premier Empire, le quadrige retourne à Berlin, où il est restauré et agrémenté d'un nouveau symbole de pouvoir (l'aigle prussien). Le quadrige a retrouvé, après bien des débats, son aigle et sa croix de fer, attributs guerriers dessinés par Karl Friedrich Schinkel à la demande du roi Frédéric-Guillaume III.

Porte de Brandebourg 02

Après la Seconde Guerre mondiale, on fit poser une copie en plâtre. En effet, lors de la bataille de Berlin, des soldats allemands s'étaient réfugiés derrière le quadrige d'où ils tiraient et la statue fut gravement endommagée. Seuls deux chevaux échappèrent à l'attaque. Le 21 septembre 1956, le magistrat de la ville de Berlin décida de reconstruire l'unique ancienne porte de la ville encore debout. La rénovation fut terminée le 14 décembre 1957.

Porte de Brandebourg 01

À la partition de la ville, la porte de Brandebourg se situe dans la Zone est. Avec la construction du mur de Berlin, le 13 août 1961, celle-ci se retrouve au milieu du No Man's Land gardé par les soldats de RDA et ne peut donc plus être traversée ni à l'est ni à l'ouest. Tandis que la vue sur l'édifice à partir de Unter den Linden (secteur Est) n'était entravée par aucun dispositif de sécurité (sauf des barrières), celle à partir du secteur Ouest (Straße des 17. Juni) était gâchée par le mur de béton d'environ 3 mètres de hauteur qui cachait la base du monument aux Berlinois de l'ouest. Lors de leurs venues en visite officielle à Berlin-Ouest, les dirigeants occidentaux (tel que le président Kennedy en juin 1963) avaient pris l'habitude de prononcer régulièrement des discours devant la porte. C'est pourquoi, les autorités de la RDA faisaient alors installer des tentures (souvent des drapeaux de l'État est-allemand ou des étoffes rouges) entre les piliers du monument, afin d'en obstruer la vue aux habitants de Berlin-Est éventuellement trop curieux.

Porte de Brandebourg 03

Durant la séparation, l'aigle qui trônait au-dessus du quadrige en haut de la porte fut retiré. Il retrouva sa place lors de la réunification.

Tous les événements importants de l'histoire de Berlin sont liés à la porte de Brandebourg comme symbole de la ville, mais aussi de l'État. Ainsi, c'est sous la pression de plus de 100 000 personnes que vingt-huit ans après sa construction, le mur fut enfin rouvert au niveau de la porte le 22 décembre 1989.

Porte de Brandebourg 05

Le 3 octobre 2002, la porte de Brandebourg a été enfin dévoilée lors de joyeuses festivités après vingt-deux mois de rénovation. Auparavant, elle avait été longtemps négligée et elle était régulièrement endommagée pendant les festivités du Nouvel an où de nombreuses personnes y montaient.

Porte de Brandebourg 06

© Photos tous droits réservés

Un quadrige est un char antique à deux roues, attelé de quatre chevaux de front, généralement utilisé pour les courses. Ce terme désigne également une statue représentant un quadrige, ou même un arc de triomphe surmonté d’un quadrige.

Quadrige de Berlin, surmontant la Porte de Brandebourg, enlevé par Napoléon en 1806 puis agrémenté de l'aigle prussien et remis sur la porte en 1814, suite à la chute du Premier Empire.

source : wikipedia

 

Je vous souhaite une très bonne semaine

19/04/2012

Compte-rendu Berlin avril 2012 (3)

La suite du compte-rendu ... Samedi 07 avril

Le matin, nous avons pris la direction de l'ex-Allemagne de l'Est. H.C. voulait acheter des bières, nous avons donc cherché un supermarché à quelques kilomètres de Berlin. C'est la première fois que j'ai parlé vraiment allemand, nous cherchions le supermarché, on s'est arrêté à un magasin de bricolage, j'ai demandé à un monsieur, qui ne parlait pas anglais... J'avais le vocabulaire pour, j'ai fait une phrase simple, j'ai compris la réponse, et puis avec des signes pour indiquer le chemin : trop facile (!).

Le reste de la matinée, nous avons garé la voiture en "centre ville" et nous avons visité. C'était facile de rouler (c'était un long week end férié). Après avoir marché de nuit la veille au soir, nous avions pris des points de repère.

Des sites et monuments que nous avons vus :

 

- Palais du Reichstag (Parlement)

- Unter den Linden (Les "Champs Élysées" berlinois")

- Porte de Brandebourg

- Place du 18 mars

- Mémorial aux victimes juives de la Shoah

- Mémorial pour les homosexuels déportés

ce n'est pas facile à trouver, H.C. est même allé demandé le chemin à un policier qui était dans une voiture garée! Le polizei était sympa, et correct.. il nous a indiqué où c'était, nous étions passé à côté sans savoir que c'était ça!

Il va sans dire que j'ai vu et croisé un nombre important de policiers et de voitures de Polizei. Autour de Unter den Linden, il y a de nombreuses ambassades, les forces de l'ordre sont autour des monuments et sites qui accueillent des touristes, j'en ai pris plein les yeux!

- Traces du Mur sur le sol, matérialisés avec des petits pavés (avec la Porte de Brandebourg dans le dos et la Colonne de la Victoire en face)

- et bien sûr Check Point Charly

- Siegessäule (Colonne de la Victoire), vue en voiture la veille au soir.

L'après midi, nous avons bu un verre dans un bar sympa...

 

Le soir, nous sommes allés dans le plus grand club/discothèque du monde (à ce qu'on dit!).  Seuls les plus grands DJ mixent dans cet établissement à l'ambiance hédoniste installé dans une ancienne centrale électrique. L'étage (le Panoramabar) est consacré à la house ; la grande salle en-dessous (Berghain) retentit de beats techno. Entrée très sélective.

Plusieurs niveaux, plusieurs ambiances : c'est à voir, de la bonne musique, j'ai passé de bon s moments!

Autres articles en préparation : la Pologne, la Mer Baltique, soirée à Strasbourg, Paris et retour

 

 

17/04/2012

Compte-rendu Berlin avril 2012 (2)

La suite du compte-rendu ...

Le vendredi 6 avril, nous sommes partis de bonne heure de Lille. Nous avons traversé le plat pays (Belgique). Il était prévu de s'arrêter à Hambourg pour la pause repas. En passant près d'Amsterdam (Hollande), j'ai dit "pourquoi ne pas s'arrêter?"... Nous avons quitté l'autouroute, et sommes entrés dans la ville. Avons garé la voiture sur un pont ... et sommes allés dans un café sympa. J'ai aimé cette ville avec ses canaux, c'était sympa de se dégourdir les jambes un instant.

Nous avons eu de la circulation à la sortie de la ville, d'un commun accord, nous avons décidé de ne pas faire d'arrêt à Hambourg. Nous étions déjà en Allemagne, donc pas de limitation de vitesse sur l'autouroute (il est conseillé de rouler à 130, indique un panneau à l'entrée du pays). Il y a quelques limitations (à 120 par exemple), sur certains tronçons. Pour la pause repas, nous sommes allés au Mac Do à Onasbrück... Les repas au cours du séjour, sauf quelques exceptions, étaient purement alimentaires. Nous allions au plus pratique, à défaut de goûter aux plats locaux.

Arrivée à Berlin vers 18h. Nous avons déposé les bagages à l'hôtel,  sommes reposés un moment et  préparés pour sortir... J'avais pris un pantalon de cuir, mes rangers (peu portées) et mon polo Fred Perry pour les sorties. Nous sommes allés à pied en ville. La ville est superbe la nuit! C'était le week end de Pâques, et un grand rassemblement "cuir" à Berlin : j'étais dans l'ambiance, moi qui aime les bottes et uniformes, j'ai été servi! Repas rapide, et puis nous avons bu un verre dans un établissement "cuir". Nous sommes rentrés à pied à l'hôtel, environ 16 km aller/ retour... Une bonne chose, cela nous a permis : 1/ de visiter la ville de nuit 2/ de prendre des points de repère.

Au retour, dans Unter Den Linden (les Champs Élysées berlinois), le long de Tiergarten, des voitures étaient garées des deux côtés. J'ai d'abord vu des fourgons et des voitures de Polizei. Des voitures "customisées", des motos roulaient à grande vitesse, comme dans un circuit! En pleine ville! Ils étaient encadrés par la police, qui patrouillait et surveillait tout ce monde. Une forte odeur de gomme, départs type F1 quand le feu passait au vert. C'était bon enfant, bières musique forte, encadré et sans excès.

J'ai voulu faire le "beau" (mâle) avec mes rangers neuves, j'ai "dégusté", car j'ai eu vite des ampoules, cela me servira de leçon. Couché vers 1h du matin et heureux de ma soirée...

Prochain article : visite du centre ville et sorties

06:40 Publié dans Blog, Loisirs/Culture, Voyage/Tourisme | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : berlin, allemagne, deutschland | | |  Facebook | | |

13/04/2012

Bien rentré de Berlin avril 2012


 Ces quelques mots pour vous dire que je suis bien rentré hier après midi 

Tout s'est bien passé!

J'ai pris des notes chaque jour, j'ai déjà écrit sur papier le compte rendu des trois premiers jours, le reste sera fait dans le week end

Une idée du chemin parcouru : environ 3800 kms! (j'ai conduit un tout petit peu)

 

pour moi ça a commencé jeudi en gare de Lyon,

dans l'ordre Lille, Amsterdam, osnabrück, Berlin, Szczecin, mer Baltique, retour par l'Allemagne, Berlin à nouveau, Liepzig, Nuremberg, Strasbourg, Troyes, Paris, banlieue nord,

et puis à nouveau gare de lyon...

 

Je vous souhaite une bonne journée et une bonne fin de semaine

19:27 Publié dans Blog, Loisirs/Culture, Voyage/Tourisme | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : berlin, allemagne, deutschland, prinzknech | | |  Facebook | | |